portrait
Les trompes de chasse du régiment de cavalerie de la Garde républicaine,
sous la direction de Benoist Pipon,

Associés à la «Maison du Roy» ou autonomes, les douze sonneurs rappellent que le règne de Louis XV a marqué l’apogée de la vénerie française, le roi étant lui-même le premier veneur de son temps.
C’est en 1974, sous l’impulsion du colonel Jean Bois et avec l’arrivée de nouveaux sonneurs qu’est créée une véritable formation de trompes de chasse sous forme d’association à la Garde républicaine. En 1979, cette nouvelle phalange est appelée le « bien aller de la Garde »
En 1989, les trompes de chasse entrent dans le cadre officiel des formations spéciales du régiment de cavalerie, inscrites au mémorial de la gendarmerie qui en précise les conditions d’emploi. Dirigée par l’adjudant-chef Benoist Pipon et sous sa direction musicale (sonneur figurant parmi les meilleurs de France, champion de France 2003), cette unité interprète des fanfares traditionnelles de vénerie ou d’hommages notamment de personnalités (fanfares dédiées à des officiers) ou encore de localités, ainsi que des fantaisies comportant des valses et autres mouvements de danse, lors de manifestations officielles et musicales.
La formation est assurée toute l’année, par des cours et des stages afin de parfaire la technique des plus expérimentés et d’amener aussi les élèves sonneurs à se présenter au seul diplôme dispensé en la matière, à savoir le brevet de sonneur classé, qui constitue une étape essentielle dans ce domaine.
Le recrutement s’opère auprès des trois escadrons du régiment de cavalerie avec des sonneurs déjà confirmés (pratique régulière avant l’entrée en gendarmerie) ou avec des débutants.
Les trompes de chasse de la Garde républicaine est l’une des trois formations institutionnelles de trompes de chasse en France, avec celle de l’office national des forêts, et celle de l’office national de la chasse et de la faune sauvage.
Devenues un des fleurons de la musique de chasse française, elles participent au maintien du patrimoine musical français de la trompe de chasse, seules ou avec d’autres instruments (piano, orgue, orchestre de chambre…), avec un répertoire traditionnel de vénerie, mais aussi baroque ou contemporain.
Les trompes de chasse de la Garde républicaine accueillent les prestigieux invités de la France dans les ministères ainsi qu’au Conseil d’État et sont très sollicitées par divers auditoires, lors de concerts ou messes, en salle comme en plein air.